Camille & Samuel

|     Vallée d’Aspe

L’importance de l’équilibre acido-basique

L’importance de l’équilibre acido-basique

 

L’équilibre acido-basique est l’un des plus importants du corps humain et il conditionne notre santé. Mais aujourd’hui, le déséquilibre acido-basique est devenu un trouble généralisé. Une quantité d’acides excessive est créée dans l’organisme, ce qui induit une toxémie importante. Cet excès d’acides provient d’une mauvaise alimentation et d’un mode de vie stressant. Beaucoup de gens ne disposent pas de l’énergie vitale nécessaire pour détruire l’excès d’acides et atteignent un état d’acidose passant inaperçu jusqu’à l’apparition de troubles de santé. Pour lutter contre cet état d’acidose, le corps se déminéralise.

 

Qu’est-ce que l’équilibre acido-basique ?

 

C’est l’équilibre entre l’acidité et l’alcalinité de l’organisme.

L’acidité n’est pas la même dans le suc gastrique, le tissu musculaire, la salive, le plasma, l’urine, le sang. Le suc gastrique est très acide et son pH varie entre 1,6 et 3,2. Le pH urinaire d’une personne en bonne santé est d’environ 6,8, mais il varie en fonction des apports alimentaires. En revanche, le pH sanguin est stable et légèrement alcalin. Il se situe entre 7,28 et 7,42, mais sa valeur normale est 7,35. Chez beaucoup de personnes, le pH sanguin est plus acide que la normale. En dessous de 7,28, c’est l’état d’acidose. Le pH sanguin ne peut descendre au-delà de 6,95, sinon l’organisme meurt.

 

L’acidose sanguine

 

Lorsque le sang s’acidifie, entraînant l’organisme vers l’état d’acidose, les sels minéraux présents dans le sang, la lymphe ou les liquides intercellulaires interviennent pour neutraliser l’excès d’acidose. Mais si l’on ne supprime pas les causes générant l’acidose, l’organisme doit finalement puiser les sels minéraux présents dans certains tissus tels que les os et les dents.

 

Les causes du déséquilibre acido-basique

 

  1. L’acidose endogène

 

Le métabolisme cellulaire crée naturellement des déchets de nature acide, déséquilibrant le pH sanguin. Cette acidose endogène est normale et la régulation minérale du pH sanguin se réalise en partie grâce aux reins qui évacuent les excès d’acides et à la respiration qui évacue en permanence l’acide carbonique généré par les combustions cellulaires.

Les situations de stress sont productrices de déchets acides. Le stress est alors particulièrement néfaste pour les personnes à faible vitalité (personnes âgées, malades…).

Le surmenage intellectuel ou une attention continue sur des écrans génère aussi un état d’acidose.

Une grande activité physique (notamment chez les personnes sédentaires et non habituées à l’effort physique) engendre des déchets acides s’accumulant dans les muscles qui peuvent devenir douloureux (crampes, courbatures).

La sédentarisation et le manque d’exercice physique provoquent une acidification due à la sous-oxygénation.

 

  1. L’acidose exogène

 

L’équilibre acido-basique est en grande partie influencé par l’alimentation. Certains aliments sont acidifiants, car ils génèrent de l’acidité après leur digestion puis leur assimilation.

Les additifs alimentaires entrant dans la composition de la plupart des produits industriels génèrent également de l’acidité.

La digestion anormale des amidons, des protéines ou des lipides induit aussi un état d’acidose. Cela se produit notamment lorsque des aliments ont été mangés en mauvaises associations alimentaires ou en excès, générant des fermentations et putréfactions.

L’intoxication par les métaux lourds entraîne une acidification des tissus.

La consommation de tabac mène à l’acidification de l’organisme.

Certaines personnes manquent d’énergie vitale pour neutraliser l’acidité naturellement présente. D’autres ne peuvent compenser les excès d’acides provenant continuellement de l’alimentation, du surmenage, du stress qui augmentent leur déséquilibre acido-basique, tellement important pour le maintien d’un bon état de santé.

 

Les conséquences du déséquilibre acido-basique

 

De nombreux signes informent d’un déséquilibre acido-basique. Mieux vaut en prendre conscience pour ne pas laisser ce déséquilibre progresser vers une dégradation ultérieure. Un des premiers signes est une perte d’énergie qui peut être ressentie de façon importante, notamment sur le plan musculaire.

Ces signes témoignent d’un déséquilibre :

    • frilosité ;
    • fatigue chronique ;
    • flou intellectuel, trous de mémoire, absences inexpliquées ;
    • perceptions sensorielles réduites (vue, ouie, goût, toucher) ;
    • fragilité émotionnelle ;
    • sensation de lassitude, joie parfois inexistante ;
    • digestion difficile avec lourdeurs, ballonnements, constipation, diarrhées, brûlures ;
    • mauvaise digestion des fruits acides avec sensation de froid et de fatigue ;
    • colite ;
    • langue chargée (blanche, jaunâtre ou virant au marron) ;
    • urines colorées et malodorantes ;
    • extrémités (mains et pieds) constamment froides ;
    • peau moite et malodorante ;
    • peau anormalement grasse ;
    • pellicules sur le cuir chevelu ;
    • maigreur (sans réussir à prendre de poids) ;
    • grande prise de poids ;
    • tensions ou douleurs musculaires.

L’acidose crée des dégradations dans l’organisme dont en voici quelques exemples :

    • destruction insidieuse et progressive des cellules ;
    • troubles de la peau : eczémas, psoriasis, démangeaisons, rougeurs, dessèchements ;
    • ulcères du tube digestif ;
    • brûlures lors de la miction (urine concentrée en acide) ;
    • caries dentaires fréquentes ;
    • gingivites ;
    • arthrose ;
    • ostéoporose ;
    • troubles respiratoires ;
    • dégradation du système pileux (perte de cheveux) ;
    • ongles cassants, fragiles, dédoublés ;
    • maladies articulaires ;
    • maladies endocriniennes ;
    • irritation de la gorge, des sinus, des bronches… ;
    • hyperacidité stomacale ;
    • calculs dans la vessie ou dans la vésicule biliaire ;
    • affaiblissement du système immunitaire ;

 

Classification des aliments

 

  1. Les aliments alcalinisants

 

Les légumes féculents : la pomme de terre, la patate douce, les ignames, les topinambours, les crosnes, le manioc ;

Les légumes racines : la betterave, la carotte, le céléri-rave, le navet, le panais, le radis, le rutabaga, le salsifis ;

Les légumes frais : l’artichaut, l’asperge, l’aubergine, la bette, les cardes, le céléri branche, le chou vert, le brocoli, le chou de Bruxelles, le chou rouge, le chou-fleur, le concombre, le cornichon, la courge, la courgette, la citrouille, les épinards, le fenouil, les haricots verts, le poivron, les tétragones, les salades, la chicorée, la scarole, la laitue, la mâche, le pissenlit, le basilic, la ciboulette, l’estragon… ;

La tomate

Les fruits acides : l’ananas, la cassis, le citron, la framboise, la groseille, le kiwi, la mandarine, la myrtille, l’orange, le pamplemousse ;

Les fruits mi-acides : le brugnon, la cerise, la fraise, la mûre, la pêche, la poire, la pomme, le raisin ;

Les fruits doux : la datte ; la figue ; le raisin doux ; la pomme douce… ;

Les fruits neutres : le melon et la pastèque ;

Les fruits amylacés : la banane et la châtaigne ;

Les fruits secs : les poires, les pommes, le raisin, les figues, les bananes, les mûres, les dattes, les pruneaux ;

Les fruits oléagineux : l’amande et la noix du Brésil ;

Le jaune d’œuf ;

Les graines germées ;

 

  1. Les aliments acidifiants

 

Certains légumes et fruits : la rhubarbe, l’oseille, le cresson, l’ail, l’oignon, l’échalote, le poireau, l’abricot, l’abricot sec, la prune ;

Les fruits oléagineux : l’olive, l’avocat, la noix de coco,

Les légumineuses : les lentilles, les pois verts, les haricots en grains, le soja, les fèves, les pois chiches ;

Les céréales et pseudo-céréales : le blé, l’avoine, l’orge, le maïs, le riz, le seigle, le sarrasin, le millet, le quinoa ;

Les céréales raffinées : le pain blanc, les biscottes, les biscuits, la semoule, les pâtes, les pâtisseries… ;

Les boissons industrielles : les jus de fruits, les sodas (le coca-cola est extrêmement acidifiant) ;

Les produits laitiers : le lait industriel, le yaourt, le fromage blanc, les fromages ;

Le blanc d’œuf ;

Les sucres : le sucre de canne, le sucre de betterave, le sirop d’érable, le sirop d’agave, le miel ;

Les matières grasses : le beurre, les graisses animales, la margarine, toutes les huiles ;

Les produits animaux : la viande, les poissons, les crustacés, les coquillages et les mollusques ;

Les alcaloïdes : le café, le thé, le maté, le cacao, le chocolat, le coca-cola ;

Les épices et les condiments : le sel, la moutarde, le poivre, les épices… ;

 

Alcaliniser son corps

 

Les personnes en état d’acidose manquent de minéraux et d’énergie vitale, ce qui ne leur permet pas de jeûner avant d’avoir améliorer leur état. Il est conseillé de pratiquer un régime alimentaire alcalinisant. Une large part sera faite aux fruits et légumes. Les personnes trop déminéralisées n’ont plus la capacité de digérer les fruits acides, il vaut mieux s’en abstenir jusqu’à ce qu’un équilibre minéral soit retrouvé. Apporter des sels minéraux organiques à l’organisme favorisera l’évacuation des acides du sang.

La respiration joue également un rôle très important dans l’alcalinisation du corps. La biorespiration, en particulier, provoque une hyperventilation des poumons. De par le rôle essentiel des poumons dans l’évacuation de l’acide carbonique, le pH sanguin tend alors à devenir plus alcalin.

On peut aussi pratiquer des exercices respiratoires tels que la cohérence cardiaque.

Enfin, la pratique d’une activité physique régulière en plein air est essentielle pour recouvrer de l’énergie vitale.

 

« L’équilibre est le secret de la vie. Et l’absence d’équilibre est la destruction de la vie. »

                                                                          Hazrat Inayat Khan

 

Camille Briard, hygiéniste